Lettre d’informations n°12 - 31 Mars 2011

mardi 5 avril 2011

 


 

Confédération
des
Radios Associatives
Non Commerciales de Rhône-Alpes

Lettre d’informations n°12 - 31 Mars 2011


Sommaire

-*

L’éditorial par Julien Marty

Actualités :

EPRA renouvelé mais pas sauvé

La CRANC-RA au salon Primevère

Des émissions en partenariat avec la CRESS

Zoom : Radio Semnoz et les rencontres écocitoyennes

Dossier : Appels à Projets

Agenda


CRANC-RA  :
Co-présidents : Véronique Boulieu, Patrice Berger 
Rédaction : Patrice Berger, Thierry Borde, Julien Marty, Eric Labaj
Contact : cranc-ra@orange.fr


EDITORIAL

par Julien Marty, Radio Saint-Ferreol, administrateur de la CRANC-RA


Le mois de mars touche à sa fin et les radios associatives sont à bout de souffle. Soit dans un stress intense pour finaliser les dossiers en cours, soit dans une « zenitude » absolue en contemplant les accusés de réception du FSER et du CSA datés du jour. Quoi qu’il arrive les troupes des radios sont épuisées. Ce mois de mars traditionnellement chargé n’a jamais été aussi important qu’en 2011.

 

D’un point de vu financier, le FSER (fonds de soutien à l’expression radiophonique, qui finance une bonne moitié du budget des radios associatives en France) demande un travail phénoménal de récolte de preuves de notre bonne foi en matière d’animation de la vie locale, de lutte contre les discriminations et de sensibilisation à l’environnement. Dans le même temps les subventions de fonctionnement s’appauvrissent, disparaissent ou pire, se muent en appel à projets (sorte de marchés publics de l’associatif) qui nous demandent de monter des dossiers spécifiques plutôt que de nous consacrer à notre première mission : donner une voix à notre territoire et relayer l’ensemble des initiatives citoyennes.

 

D’un point de vu technique, alors que le spectre du passage au numérique continue de planer au-dessus de nos antennes, nous avons passé le grand oral du CSA pour obtenir une nouvelle autorisation d’émettre pour les 6 années à venir. Tiens, encore un dossier qui nous éloigne des micros et de notre seconde mission : accompagner et former des bénévoles aux techniques radiophoniques afin qu’ils prennent en mains leurs propres émissions.

 

Le rôle des radios n’a jamais été aussi important et l’accomplissement de leurs missions n’a jamais été aussi nécessaire, urgent. A l’heure où tous les grands média ne forment plus qu’une seule voix (souvenez-vous du référendum européen ou, plus récemment, de la réforme des retraites ou des bienfaits du nucléaire), les radios associatives se doivent d’être la dissonance.

 

A l’heure ou la démocratie n’a plus aucun sens, si bien qu’on soit obligé d’y associer le terme « participative » (sorte de pléonasme démago), les radio associatives se doivent de tendre leurs micros aux citoyens sans voix. A l’heure où les dérapages racistes de nos gouvernants sont légions et que la condamnation médiatique reste affreusement molle, les radios se doivent d’être militantes et ouvertes aux autres

 

 

ACTUALITES


EPRA renouvelé mais pas sauvé

 

Le 31 mars, l’assemblée générale de l’EPRA a annoncé la prolongation du GIP jusqu’à fin 2012 mais avec un budget réduit. Un soulagement pour les radios, face aux craintes récentes de disparition de l’EPRA. L’occasion aussi de se mobiliser pour la pérennité de cet outil indispensable au service des contenus radiophoniques de qualité.

L’Epra -– Echanges et Productions Radiophoniques - aura vingt ans en 2012. Au début il est né du constat fait par le ministère des affaires sociales, que les radios associatives présentes dans toute la France étaient pour les travailleurs immigrés et leurs familles un beau lieu d’expression et de rencontres. Permettre aux radios d’enrichir leurs programmes avec les apports des journalistes de Radio France internationale et des experts de l’Institut du Monde arabe, telle était l’ambition du départ. Et ce qui grandit, ce fut le réseau : la découverte par les radios elles mêmes et par les pouvoirs publics, de notre force commune. Ce qui est vécu, ce qui est pensé à Roubaix, au Panier, à Longwy, à la Guillotière, à Belleville, à Saint Denis de la Réunion peut apporter des connaissances, des émotions à partager partout.

Aujourd’hui, l’archive des émissions, numérisée et de plus en plus aisément accessible représente une richesse commune dont nous n’avons pas encore assez pris la mesure et que nous pourrions utiliser et faire utiliser beaucoup plus. Nous sommes capables aujourd’hui dans nos fédérations régionales ou dans nos regroupements thématiques de proposer, comme nous avons appris à le faire avec l’Epra, des productions et des diffusions collectives, des couvertures d’événements. Et nous en avons mesuré la valeur, nous savons le négocier avec nos partenaires.


A l’heure où les pouvoirs publics s’interrogent sur l’existence de médias de proximité implantés dans les quartiers populaires, une spécificité française très robuste crève les yeux, à côté des blogs de quartiers, des télés participatives, des journaux urbains, le plus fort, le plus riche des réseaux, c’est bien celui que nous formons, les radios associatives : riche de potentiel, d’enthousiasme, plus que de sous. L’ Epra est une belle représentation de ce potentiel de production et d’échanges. Nous étions inquiets sur sa pérennité alors que l’actuel GIP se terminait le 31 mars 2011.

Lors de l’AG finale de ce GIP, nous apprenons qu’il sera prolongé dans son statut actuel jusqu’à fin 2012, mais avec des financements réduits. L’avenir reste ouvert mais il ne s’éclaircira que si nous, les radios, savons, plus que nous ne l’avons fait, illustrer, valoriser, défendre et innover. Les étapes depuis vingt ans du développement de l’ Epra ont beaucoup dû à nos propositions. Nous sommes capables de les intensifier dans les tous prochains mois, il y a va de la survie et du renforcement de cet outil unique. Les potentiels du numérique peuvent nous y aider, le fort regroupement de producteurs Epra que nous avons construit en Rhône-Alpes est pour cette bataille une force considérable, que nous avons la lourde tâche de transformer en force collective, en vecteur de projets et d’orientations nationales.

Par Patrice Berger


La CRANC-RA au salon Primevère

 

Comme de coutume depuis une dizaine d’années, la CRANC-RA a installé son studio collectif au centre du salon Primevère les 11, 12 et 13 mars derniers. Un studio central pour accueillir les myriades de citoyens éclairés qui peuplent les stands du salon, pour recueillir les témoignages et analyses des acteurs et intervenants de ce salon de l’écologie et des alternatives toujours aussi éclectique. Divers mais plus que jamais centré sur les alternatives et sur les principes qui le motivent depuis tant d’années, ce salon 2011 s’est voulu l’antidote à « l’écologie qui lave plus blanc »,

L’histoire de l’alter-écologie était justement le thème abordé par la conférence animée par Gilles Soulhac de Radio Semnoz. Dans la cabine d’enregistrement, du vendredi matin au dimanche soir, les interviews se succèdent grâce aux nombreuses radios présentes. Le studio fourni par New’s FM est géré par les équipes de Couleurs FM, puis de Radio d’Ici, puis de Radio Semnoz. Au micro se succèdent les représentants de Radio Alto, Radio Semnoz, New’s fm, Radio Pluriel, Radio D’ici, Radio Tropiques FM... De Radio Grésivaudan aussi qui, dans le même temps déploie une logistique considérable pour enregistrer les conférences du salon et les mettre directement à la disposition du public après les avoir gravées...

Au final, plus d’une trentaine de sons, reportages et interviews, ont été réalisés sur des thématiques diverses, au cours de ce salon toujours aussi riche de contenu.

Pour retrouver les émissions réalisées à Primevère : rendez-vous dans les prochains jours dans la rubrique « émissions en téléchargement » du site de la CRANC-RA.


 

 

Des émissions en partenariat avec la

Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire

Nouvelle adhérente à la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire (CRESS), la CRANC-RA va entamer dès cette année un premier partenariat afin de mieux faire connaître les enjeux de l’ESS à la veille des états généraux organisés en juin 2011 sous l’égide de Claude Alphandéry.

Le projet mis en place prévoit la réalisation et la diffusion d’émissions dédiées dans le cadre d’une campagne de promotion de l’ESS. Largement inspirées par les états généraux de l’ESS et par la présence, dans l’une d’entre elles, de Claude Alphandéry, les émissions tendront à tracer les grands enjeux de l’économie sociale et solidaire, avec un regard particulier sur son rapport à l’enseignement et à la recherche.

L’occasion d’un nouveau travail collectif qui viendra précieusement compléter le contenu produit chaque année par nos radios à l’occasion des Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes.

 

 


 

ZOOM


Radio Semnoz : les rencontres écocitoyennes

Une interview de Gilles Soulhac, de Radio Semnoz


 

- Depuis maintenant deux saisons, Radio Semnoz organise des rencontres écocitoyennes sur le bassin annécien. De quoi s’agit-il ?

- Gilles Soulhac : Le principe est simple, il s’agit de permettre une rencontre entre le public, des scientifiques, des philosophes, des agro-biologistes, des physiciens et des acteurs locaux. Pour exemple, Pierre Rabhi (philosophe), Henri Joyeux (Cancérologue), Philippe Desbrosse (Grenelle environnement, chargé du bio europe), Gilles-Eric Seralini (biogénéticien, president du comité européen OGM), Claude et Lydia Bourguignon (biochimistes et agro-biologistes), Jean Paul Jaud (cinéaste, réalisateur de Severn)... Lors de nos rencontres, ils sont confrontés à des associations, des agriculteurs, des acteurs de l’environnement au niveau local. Ces rencontres sont animées par Radio Semnoz, qui ouvre aussi ces rencontres à des artistes locaux (chanteurs, poètes, conteurs, musiciens...).

- Les rencontres écocitoyennes attirent-elles le grand public ?

- G.S. : Elles attirent un public très varié qui remplit les salles. Les conférences réunissent chacune entre 400 et 800 personnes. Ce qui intéresse, ce sont certainement les thématiques proches des préoccupations de chacun : la santé, la consommation, le bio, l’alimentation, les OGM, les pesticides... Mais c’est surtout le choix des intervenants. Pour réussir ce challenge, la radio est au quotidien sur le terrain : Interviews d’agriculteurs, de médecins, d’associations environnementales... Ce travail quotidien donne une crédibilité et un véritable label qualité à Radio Semnoz.

- Il s’agit donc d’une véritable spécialisation de Radio Semnoz sur la thématique de l’écologie ?

- G.S.  : Radio Semnoz est à la base une radio de musique classique. La venue de deux journalistes en 2009 a permis une grande ouverture sur les domaines sociaux, culturels, environnementaux. Le choix d’une spécialisation "écologique" s’est fait par l’intérêt du public sur ces questions, et la demande de nombreuses associations du département de la Haute-Savoie. De plus, je suis moi-même très engagé dans ces thématiques depuis plus de 20 ans. Ayant travaillé en agriculture bio pendant plus de 7 années, mon approche est celle d’un simple citoyen qui souhaite en savoir plus sur de vrais problèmes : la santé de ses enfants (alimentation), l’impact des OGM sur la santé, l’impact des ondes électromagnétique sur le cerveau, la vérité sur les déchets des centrales nucléaires... Informer les citoyens et leur donner la parole, faire entendre les scientifiques que les grands médias n’invitent pas toujours, nous sommes vraiment au coeur de la vocation d’une radio associative. Et comme nous l’avons encore vu avec l’incident nucléaire au Japon, l’information dominante est bien loin d’être indépendante. A son niveau, localement, une radio peut aujourd’hui jouer ce rôle d’acteur indépendant au sein de la société civile.
 


 


DOSSIER :

APPELS A PROJETS


- Appel à projet du Fonds Maif pour l’éducation 2011 :

(Date limite pour postuler : samedi 14 mai 2011)


Le Fonds MAIF pour l’Education lance son deuxième appel à projets qui vise à soutenir des actions d’intérêt général en faveur de l’accès à l’éducation pour tous (qu’elles soient menées en Métropole ou dans les DOMTOM) mises en place par des organismes éligibles à recevoir des dons au titre du régime de mécénat. A travers cet appel à projets, le Fonds MAIF pour l’Education souhaite faire émerger des initiatives sociales, culturelles et citoyennes dont l’objectif principal est de promouvoir l’Education au sens large. L’appel à projets 2011 se déroulera en deux étapes. Dans un premier temps, il sera décliné au niveau de chaque région administrative française : 22 régions en France métropolitaine et 3 régions dans les DOM (Guadeloupe, Martinique et Réunion). Chaque région sélectionnera et récompensera un projet lauréat parmi les dossiers reçus. Dans un deuxième temps, les 25 lauréats régionaux concourront au Prix Edmond Proust (fondateur de la MAIF) délivré à l’échelon national.


Plus d’infos : [http://www.maif.fr/fonds-maif-pour-...[numero12-mars2011]-20110310->http://www.maif.fr/fonds-maif-pour-...[numero12-mars2011]-20110310]

 


- Appel à projets Rhônalpins écocitoyens 2011

(Date limite pour postuler : mardi 31 mai 2011)

 

Afin de soutenir les initiatives pionnières ou originales dans le domaine de l’écoresponsabilité ou de l’adaptation au changement climatique, la Région Rhône-Alpes lance la troisième édition de l’appel à projets « Rhônalpins écocitoyens » qui comporte trois volets :


Volet A : Anticiper l’adaptation aux effets du changement climatique
Volet B : Accompagner les changements de comportement
Volet C : Sensibiliser les étudiants aux questions environnementales.


Public concerné : Cet appel à projets est ouvert aux associations, offices publics d’habitat, régies de quartier, centres sociaux, MJC, parcs naturels régionaux, communes, intercommunalités et structures porteuses de contrat de développement durable de Rhône-Alpes, selon les modalités figurant dans chaque règlement.

 

Plus d’infos : http://www.alpesolidaires.org/appel-projets-rhonalpins-ecocitoyens-2011

 


- Appel à projets 2011 : Pour une dynamique culturelle dans les quartiers

(Date limite pour postuler Jeudi 07 avril 2011)

 

Pour la troisième année consécutive, le ministère de la Culture et de la Communication lance son appel à projets "Pour une dynamique culturelle dans les quartiers" dans le cadre du Programme triennal d’action 2009-2011 en faveur de la politique de la ville. 219 projets culturels en 2009 et 267 en 2010 ont été financés à destination des populations des 215 quartiers de la dynamique Espoir banlieues. Les objectifs restent inchangés : favoriser l’accès à la culture des populations les plus éloignées de l’offre et de la pratique culturelles pour des raisons sociales, économiques, territoriales, développer, renforcer et pérenniser une offre artistique et culturelle diversifiée et d’excellence ;
valoriser la diversité des cultures et des modes d’expressions dans un souci de dialogue interculturel ; structurer les partenariats entre les différents acteurs, former les médiateurs et les acteurs sociaux et associatifs de la culture.


Le comité de pilotage national auquel est associé le ministère de la Ville se réunira le 7 avril, 7 juillet et 30 septembre 2011.


Plus d’infos : http://www.culture.gouv.fr/culture/politique-culturelle/ville/index.html
 


 

Appel à projets permanent, iDéclic Solidaire

 

La Région Rhône-Alpes propose un appel à projets permanent pour consolider ou aider au développement des initiatives de l’économie sociale et solidaire : iDéclic Solidaire.

 

Description : Les initiatives développées par les structures de l’économie sociale et solidaire peuvent représenter de nombreux gisements d’emplois. Ces structures ne disposent cependant pas toujours de moyens suffisants pour assurer un bon démarrage et un bon développement de leurs projets.

 

Public concerné : Les projets doivent être portés par des structures de l’économie sociale et solidaire : associations, mutuelles, coopératives, fondations. Les Ateliers Chantiers d’Insertion (ACI) ne sont pas éligibles à ce dispositif. Sont concernées les structures en création ou des structures existantes (à condition dans ce dernier cas de proposer un développement n’ayant jamais bénéficié d’un soutien financier régional).

 

Montant de l’aide/accompagnement proposé : Les dossiers retenus pourront bénéficier d’une aide régionale non renouvelable en investissement et/ou en fonctionnement d’un montant maximal de 60000 €. Il est demandé au porteur d’apporter au moins 20 % du coût du projet. Le bénéficiaire de l’aide est la structure porteuse du projet créateur d’emplois.

 

Les projets doivent répondre aux critères suivants : être innovant et/ou avoir une valeur d’exemplarité ; être économiquement viable ; créer des emplois stables et pérennes sur la région Rhône-Alpes à travers une activité générant son propre équilibre financier ; contribuer à la consolidation du lien social : services aux personnes, commerce équitable, développement local, insertion par l’emploi...


Plus d’infos : http://www.rhonealpes.fr/uploads/Document/67/WEB_CHEMIN_523_1245067653.pdf


 


- Et d’autres :

- Appel d’offres pour les formations du Conseil de Développement de la Vie Associative (avant le 22 avril) http://www.rhone-alpes.drjscs.gouv.fr/Conseil-de-Developpement-de-la-Vie.html)

- Fondation SNCF : l’appel à projets « Coups de Cœur Solidaires » (jusqu’au 30 avril) : http://www.fondation-sncf.org/agir-ensemble/soumettre-un-projet/coups-de-coeur-solidaires.html

- Concours « Paroles Partagées » (jusqu’au 4 avril 2011) : http://www.paroles-partagees.org/

 


 

AGENDA


Quelques dates à retenir...

7 avril 2011  : à 19h30, conférence Ecocitoyenne organisée par radio Semnoz à l’Auditorium de Seynod (sur réservations au 04 50 520 520 ) :

- "OGM et Pesticides, quelles conséquences sur la santé et l’environnement ? " avec Gilles Eric Seralini (bio-généticien, membre de la commission européenne OGM, Président du CRIIGEN...)
- "Quels océans pour les générations futures ? " avec Daniel Krupka (responsable océan Greenpeace, membre de l’expédition "Antinéa")

15 avril 2011 : Date limite de dépôt des dossiers FSER

17, 18, 19 juin 2011 : Etats Généraux de l’Economie Sociale et Solidaire. Palais Brogniart à Paris.

3 et 4 septembre 2011 : A l’occasion de ses 30 ans, Radio Grésivaudan propose aux membres des radios de la CRANC-RA des états généraux de la radio. Au programme : échanges, débats, musique, repas...