Le congrès de la CNRA pose la question du prix de la diversité radiophonique

mardi 19 novembre 2013

La Confédération Nationale des Radios Associatives réunira ses fédérations adhérentes à L’Institut Régional d’Administration de Lille les 21 et 22 novembre 2013 autour de la question : « Diversité radiophonique : à quel prix ? ». Nous avons rencontré Hervé Dujardin, le président de la Confédération pour décrypter le programme de ces deux journées.

Comment optimiser son dossier pour l’obtention du Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique (FSER) ? Quelles sont les actions des radios associatives à l’international ? Radios associatives et économie sociale et solidaire, politique de la ville et lien social seront quelques-uns des thèmes très concrets abordés en ateliers par les radios de la CNRA à Lille les jeudi 21 et vendredi 22 novembre 2013.Dans cette réunion annuelle attendue par nombre de radios adhérentes, ces ateliers viendront compléter les thématiques proposées par les deux assemblées plénières dont le rôle sera d’appréhender plus en profondeur deux questions majeures de l’actualité de la radiophonie associative : le « prix de la diversité radiophonique » et le rôle des Comités Territoriaux de l’Audiovisuel (CTA) à l’heure de l’acte III de la décentralisation.

Fonds de Soutien à l’Expression Radiophonique

Le prix de la diversité radiophonique, c’est le FSER, le fonds de soutien à l’expression radiophonique qui permet à près de 700 radios associatives d’occuper un peu plus de 20% de la bande FM en France. Cette aide publique représente actuellement 29 millions d’Euros. Elle est la garante de cette diversité radiophonique qui permet aux radios associatives d’exercer leur mission de communication sociale de proximité au plus proche des territoires et avec leurs habitants, au service de la démocratie et du développement local. Mais, effort de solidarité nationale oblige, et comme pour la majeure partie des budgets de l’Etat, le projet de loi de finance 2014 prévoit une baisse de 200 000 euros des crédits alloués au FSER. Et comme si cela ne suffisait pas, on parle aujourd’hui d’un gel de 7% des crédits alloués pour 2013…  Pour Hervé Dujardin, président de la CNRA, cette situation n’est pas acceptable : « Si on affirme le besoin de pluralisme avec les acteurs associatifs, il faut y mettre les moyens. Ce n’est pas en baissant le FSER qu’on y arrive ! »

Mais quelles solutions trouver ? « Nous avons travaillé avec les services du Ministère de la Culture pour optimiser l’enveloppe de 29 millions, explique-t-il. Au congrès de Lille, je souhaite associer les radios à la discussion ». Les propositions de la CNRA consisteraient alors à octroyer plus aux radios qui « réalisent un vrai travail de communication sociale de proximité ». Sous-entendu  : offrir moins aux radios qui ne le font pas ! Une sorte de pavé dans la marre mais qui traîne depuis longtemps dans les esprits tout en soulevant de multiples questions… « Je souhaite que le congrès de Lille soit le lieu du parler vrai« , précise Hervé Dujardin !

"Hérvé

Hérvé Dujardin est président de la Confédération Nationale des Radios Associatives

 

Radio Numérique Terrestre

Pour le président de la CNRA, derrière la question financière apparaît sans cesse le spectre de la RNT, la Radio Numérique Terrestre. Le passage à la diffusion numérique est pourtant souhaitée par nombre de radios associatives, au SNRL (le Syndicat National des Radios Libres) particulièrement. Hervé Dujardin n’y est pas totalement opposé : «  le passage à la RNT : oui, mais si on y met les moyens, commente-t-il. Quels efforts et quelle ingéniosité devrons-nous encore développer ? Il y a chez les radios associatives une vraie fatigue à force de devoir toujours s’adapter avec peu de moyens pour sauvegarder leurs emplois, pour exercer pleinement leur mission sur les territoires. » De plus, pour lui, la diffusion numérique proposée par la RNT n’est pas adaptée aux dimensions territoriales des radios associatives. En résumé, pour la CNRA, « La RNT, ce n’est pas le moment » !

Décentralisation

Malgré les assurances données aux secteurs culturels, Hervé Dujardin s’inquiète aussi du devenir des soutiens financiers des collectivités territoriales à l’heure de l’acte III de la décentralisation. » Les activités des radios s’organisent dans des bassins de vie, il faut garder la possibilité de soutenir l’action des radios en local…« , explique-t-il, s’inquiétant aussi dans son éditorial au congrès (Lire le programme) du fait que « l’acte III du programme de décentralisation exclut la culture et la communication du champ des compétences obligatoires dévolues aux métropoles ». Dans ces nouveaux schémas, quel est et quel sera le rôle des Comités Territoriaux de l’Audiovisuel, relais locaux du CSA dans les régions ?

Et l’EPRA…L’atelier du vendredi après-midi consacré à la thématique « Politique de la la ville et lien social » devrait donner lieu à une autre discussion d’actualité : celle du devenir de l’EPRA, quelques jours après la publication de la position de la CNRA sur le sujet (Lire sur le site de la CNRA). L’EPRA peut-il encore être sauvé ? C’est en tout cas l’espoir de Jean-Claude Guillou, administrateur de la CNRA et animateur de cet atelier.

D’autres ateliers, des émissions de radio participatives et des temps conviviaux ponctueront encore ce congrès où sont aussi invités de nombreux élus et représentants institutionnels. Il se poursuivra encore le samedi 23 au matin, au Club de la Presse de Lille où la CNRA tiendra son Assemblée Générale.

Le programme complet est à télécharger ici ou consultable directement sur le site de la CNRA.

 


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 284912

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site actions et documents  Suivre la vie du site congrès CNRA   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.10 + AHUNTSIC

Creative Commons License